top of page

Optima 2121

    Un jeune journaliste scientifique, cobaye d’un fameux astrophysicien spécialiste de la relativité générale, est envoyé dans cent ans pour explorer le monde durant six mois. Beaucoup de choses ont changé : l’espérance de vie, l’intelligence artificielle et les robots, le système économique, l’organisation politique, le climat, la faune, l’art, les moyens de transport, ... Dans cet univers si proche puisque nos petits-enfants le connaitront, et pourtant si différent, il est bouleversé de découvrir son fils, né après son départ de notre époque. Et il tombe follement amoureux d’une femme injustement condamnée à passer trois ans au Conservatoire du malheur. De sorte qu’à son retour, il n’a qu’une hâte : retourner dans le futur pour la retrouver et assouvir sa passion. Mais s’il repart, qu’adviendra-t-il de ses descendants ?

    Entre utopie et dystopie, ce roman est une réflexion sur ce qui attend l’humanité dans un siècle, en même temps qu’une histoire d’amour minée par une question vertigineuse : si l’on connait le futur, peut-on le modifier par nos actes du présent ?

21,5 x 13,5 cm - 261 pages

18 euros

Avis de lecteurs

"Je ne suis pas porté sur les romans d’ordinaire mais celui-ci m’a beaucoup plu, en ce qu’il se définit plus comme un docu-fiction que de la SF classique. L’intrigue n’est qu’un prétexte pour faire le panorama d’une société que l’on connaitra peut-être, dans une projection relativement plausible. Écrit dans un style très accessible (peut-être trop?), il ouvre une multitude de questionnements personnels sur un ensemble de domaines tel que la longevité humaine, la résolution des questions climatiques et énergétiques, la géopolitique.."

"L'intrigue tient en haleine jusqu'à la dernière page tandis que les passages descriptifs nous dépeignent le monde tel qu'il sera dans une centaine d'année. Certaines anticipations sont déjà très actuelles rendant la frontière ténue entre le fantastique et l'anticipation...troublant"

"Thierry Schwab s'est demandé ce que deviendrait notre monde si le marketing des entreprises technologiques disait vrai. Il nous embarque dans un récit à la croisée de Jules Vernes et de Michael Moorcock (les danseurs de la fin des temps). Nous sommes d'abord
projetés dans un futur radieux grâce aux mérites de l'intelligence artificielle où tout est optimal et standard. Puis le tableau se craquelle et laisse apparaitre un côté sombre, comme cet équivalent 3.0 du vortex des déchets en plastique du Pacifique Nord. Le final, inattendu, rappelle que la meilleure manière de ne pas subir notre futur, c'est encore de nous y précipiter avec passion."

Évenement

bottom of page