top of page
image0000001_edited_edited.jpg

Le Temps des merveilles

Dans ce livre, dont l’écriture, souvent lyrique, est ponctuée d’humour, Johanna Walcker nous emmène au pays de la mémoire.

 

Celle de sa mère, d’abord, où glissent comme en songe, dans les neiges d’une Pologne d’autrefois, des traîneaux ornés de clochettes et de motifs verts et rouges. Elle y connait une jeunesse enchantée par la présence des artistes et des écrivains qui gravitent autour d’Eva, la grand-mère, peintre elle aussi. On y découvre une destinée déchirée par la tragédie à la fois personnelle et mondiale de la dernière guerre.

Toute la vie de Katajyna se déroule sous nos yeux, vie d’épouse, vie d’artiste. Devenue française, on l’appellera désormais Katherine. Comme à travers les tableaux d’une exposition, l’auteur se promène ensuite dans sa propre mémoire, celle de la fille de Katherine, celle d’une enfance tout en contrastes, nourrie à la fois aux sources du pensionnat religieux, au folklore de l’atelier de ses parents – royaume de la beauté

et du rire – et à la magie de La Roulotte de tous leurs voyages. Il est des lieux – une âme plutôt qu’une région – à laquelle s’est profondément enracinée celle de l’auteur : au fin fond de la Bretagne, ces villages du Finistère avec leurs ports de pêche, leurs manoirs, leurs clochers, leurs habitants, qu’elle fait revivre et stylise, qu’elle rêve, à la façon dont un peintre crée un nouvel univers à partir d’une réalité qu’il transpose.

La poésie de l’enfance demeure.

Couv_1_LE TEMPS DES MERVEILLES_cadré.png

21,5 x 13,5 cm - 259 pages

20 euros

Évenement

bottom of page